Animal Conference 2006

Les 14 et 15 octobre 2006 s’est tenue à Vienne, en Autriche, la Conférence pour les Droits des Animaux des Pays du Sud-Est de l’Europe 2006. 150 personnes venant de 19 pays y ont participé. Les thèmes étaient : fourrure, chasse, cirque, apprentissage de la protection animale dans les écoles, élevage intensif, traditions (corridas...), vivisection, végétarisme...

Le Président de la Slovénie, le Dr. Janes Drnovsek, qui est végétalien, a personnellement envoyé ses mots de bienvenue, qui ont été lus à l’ouverture du congrès. Il a souligné l’importance de la défense animale et exprimé son espoir que les idées défendues lors du congrès se développent dans les pays participants. Plusieurs ateliers étaient organisés.

Fourrure Torture était représentée et a pu exposer l’état de la lutte anti-fourrure en France.

Elevages et état actuel en Europe

Les représentants des différentes associations anti-fourrure ont exposé l’état des lieux dans leurs pays, du point de vue de la législation sur les animaux à fourrure. Il a été question non seulement des Pays de l’Est, mais de toute l’Europe.

La lutte contre la fourrure est aujourd’hui menée dans tous les pays européens. Certains pays commencent tout juste à avoir des campagnes de sensibilisation auprès du public ; d’autres ont déjà pris des mesures contre l’industrie de la fourrure. L’Autriche et l’Angleterre ont interdit les élevages d’animaux à fourrure ; d’autres, comme les Pays-Bas, ont renforcé la législation sur la condition des animaux élevés pour leur fourrure.

Les associations de protection animale anti-fourrure en Europe mènent principalement des campagnes contre la fourrure de chats et de chiens alors que les associations pour les droits des animaux souhaitent sensibiliser la population contre tout type de fourrure, afin de faire baisser globalement les ventes et sensibiliser le public aux droits des animaux par la même occasion.

Le grand retard de la France est pénalisant pour le reste de l’Europe. A titre d’exemple, la Suède avait tenté de faire passer une loi dans son propre pays, afin d’améliorer les conditions d’élevage des visons (accès à un point d’eau pour ces animaux semi-aquatiques), mais la France s’y est opposée et a tout fait bloquer. Aux côtés d’autres associations, Fourrure Torture avait contesté cette opposition française auprès du Ministère de l’Industrie.

Les sociétés de prêt-à-porter « sans fourrure » sont de plus en plus nombreuses dans le monde. L’atelier fourrure a reconnu l’importance du fait que des marques se déclarent « sans fourrure », afin de montrer que l’industrie de la fourrure n’est pas en aussi bonne forme que les fourreurs le prétendent.

Campagnes dans les Pays de l’Est

Beaucoup d’associations présentes s’occupent de protection animale (animal welfare), et luttent donc contre la cruauté envers les animaux. Moins nombreuses étaient les associations pour les droits des animaux (animal rights), qui délivrent un message général contre l’exploitation animale. Fourrure Torture est dans cette seconde catégorie.

Certains pays, principalement ceux du Nord de l’Europe, sont plus avancés que la moyenne au niveau droits des animaux. Avec certains pays de l’Est, la France est en retard du point de vue de la sensibilisation du public sur les droits des animaux en Europe. En effet, en France, les associations pour les droits des animaux sont encore ultra-minoritaires dans le milieu de la cause animale.

Futures actions en faveur de la cause animale

Ce congrès international, par l’intérêt des thèmes abordés et la qualité des interventions, a permis à chacun d’avoir une bonne vision de la défense animale au sein de l’Europe, de voir les possibilités d’action et les limites.

La nécessité de mener des actions coordonnées au niveau international est ressortie de la conférence, sachant que le commerce de la fourrure implique des intervenants à différents niveaux (élevage, fabrication des vêtements, vente, législation au niveau européen). Fourrure Torture a ainsi pu prendre de nouveaux contacts avec des associations actives contre la fourrure en Europe, et a pu présenter les activités et objectifs d’International Anti-Fur Coalition, qui regroupe plus de 40 associations anti-fourrure à travers le monde.

Un grand nombre de personnes sont opposées aux cruautés envers les animaux ; pourtant la législation française est loin de refléter cette réalité. En effet, les lobbies qui exploitent les animaux ne souhaitent aucun changement, et même souhaitent supprimer tout ce qui contribue au bien-être animal. Il est important que les personnes sensibles à la cause animale prennent contact avec leurs élus locaux, nationaux et européens, et d’une façon générale tous les partis politiques et les personnes qui ont un impact sur la législation.

Fourrure Torture recommande à toute personne souhaitant militer pour la cause animale, d’assister à ce type de conférence, afin d’avoir une vision globale, de voir les actions et campagnes qui ont de l’impact et celles qui n’ont que peu d’impact.

Les informations sont disponibles sur le site d’Animal Conference ’06


Dans la même rubrique :

- Stands d’information et actions de la saison 2006-2007
- Manifestation à Paris contre l’industrie de la fourrure en Chine
- Stands d’information et actions de la saison 2005-2006
- Manifestion internationale à Amsterdam le 5 novembre 2005
- Journée internationale d’actions contre la fourrure
- Manifestations anti-fourrure devant les ambassades de Chine


Recevez notre actualité par mail



Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !


Facebook

Google+

Twitter

Youtube