La France s’oppose au bien-être des visons en Suède

Le mercredi 7 juin 2006, Fourrure Torture a été une nouvelle fois choquée, mais non surprise, d’apprendre par l’association suédoise Animal Rights Sweden, que le gouvernement français, via le Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, avait émis un avis circonstancié le 2 juin dernier à la Commission européenne, concernant la proposition du gouvernement suédois visant à améliorer les condition de vie des visons élevés pour leur fourrure. Le Parlement suédois s’apprêtait à voter une nouvelle loi le 14 juin dernier, mais cette action soudaine de la France reporte le vote suédois de 3 mois.

Fourrure Torture indignée

Fourrure Torture a alors fait savoir, par voie de presse, son indignation face au comportement français vis-à-vis du bien-être animal. Une lettre a également été adressée à Thierry Breton, actuel ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. Une délégation de Fourrure Torture a alors été reçue et a pu exposer son argumentation appuyée par plusieurs études scientifiques. Le 12 juillet 2006, Fourrure Torture était à nouveau représentée, lors d’une seconde réunion qui opposait cette fois-ci des représentants de l’industrie de la fourrure à plusieurs associations de défense animale. Fourrure Torture espère que la situation va se débloquer au plus vite, et qu’enfin les Suédois pourront voter cette loi qui ne concerne que leur propre pays.

En effet, la Suède possède une loi datant de 1988, précisant que les animaux doivent être bien traités et préservés des souffrances inutiles. Or, suite à une enquête du gouvernement suédois, une incompatibilité a été prouvée entre l’élevage actuel des visons et leur bien-être. Conformément à la législation européenne, la Suède a ainsi soumis sa proposition de loi au conseil législatif de l’Europe : « Les visons qui sont élevés en vue de la production de fourrure doivent être détenus de manière à satisfaire leurs besoins de se déplacer, de grimper, d’exercer leur activité de chasse et de s’adonner à d’autres activités, ainsi que de s’isoler. De plus, les visons doivent avoir accès à de l’eau pour y nager. »

Un avis français infondé

Les arguments avancés par la France dans l’avis circonstancié se basent sur le fait qu’il n’y aurait pas de preuves scientifiques aux motivations de cette loi, notamment la nécessité d’un point d’eau pour les visons. De nombreux documents indiquent que les visons sont des animaux semi-aquatiques, y compris le document du British Museum qui a été utilisé comme base pour rédiger cet avis circonstancié. Une étude, parue dans la revue scientifique Nature en 2001, démontre que les visons privés d’accès à un point d’eau subissent autant de stress que les visons privés de nourriture !

Des défenseurs des animaux suédois consternés

Les réactions suédoises ne se sont pas faites attendre. Roger Pettersson, agent politique d’Animal Rights Sweden, a déclaré : « La décision du gouvernement français est une attaque contre la législation du bien-être animal en Suède. La France fait le sale boulot de l’industrie de la fourrure, qui tente de neutraliser toute législation pour la protection des animaux depuis le début ».

L’association suédoise Animal Rights Sweden demande au gouvernement suédois d’agir en urgence et avec détermination sur ce sujet, et exige une session extraordinaire du Parlement suédois dès le début septembre pour passer cette nouvelle loi.

Manifestations

Le 14 juin dernier à Stockholm, jour initialement prévu pour le vote de la loi, s’est tenue une manifestation nationale. Les associations européennes oeuvrant pour les droits des animaux n’ont pas l’intention de laisser la France paralyser toute évolution qui va dans le sens du bien-être animal, et se préparent d’ores et déjà à le faire savoir.

Le 14 juillet 2006, Animal Rights Sweden a organisé une manifestation devant l’ambassade de France à Stockholm, où une banderole indiquait la devise française adaptée à cette situation : « Captivité, Inégalité, Cruauté ».


Dans la même rubrique :

- Élevage des animaux à fourrure
- Fourrure de lapins en Europe
- Finlande - Récolte sanglante : le vrai prix de la fourrure
- Astrakan
- Fourrure en Chine
- Fourrure de lapin - Les vraies victimes de la mode...
- Souffrance dans les élevages Norvège
- Projet d’élevage à Wervik en Belgique


Recevez notre actualité par mail



Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !


Facebook

Twitter

Youtube