Les horreurs de l’industrie de la fourrure de lapins

L’enquête au cœur de la filière européenne

Les investigateurs de CAFT ont enquêté pendant 2 ans dans les principaux pays producteurs de fourrure de lapins (Italie, France et Espagne), ainsi qu’au Danemark. Ils ont visité aussi bien les élevages que les abattoirs, ou encore les tanneries.

Lapin en cageLes lapins vivent enfermés dans des cages grillagées, avant de rejoindre l’abattoir. Les mères sont en gestation quasi permanente. Tout est calculé pour une rentabilité maximale : taille des cages, quantité de nourriture, durée d’engraissement, durée de vie des mères...

Pour les éleveurs, ce ne sont plus des animaux, mais de futurs accessoires de mode ou garnitures de vestes. Leur bien-être n’est pas pris en compte. Seule la crainte des épidémies, favorisées par les élevages concentrationnaires et qui entraîneraient de grosses pertes financières, pousse les éleveurs à faire en sorte que les lapins puissent partir vivants à l’abattoir. La mortalité dans les élevages de lapins atteint couramment 20% !

Des enquêteurs ont notamment pu visiter en France un élevage et l’unique abattoir de lapins, dont la fourrure est utilisée dans l’industrie du luxe.

Rapport complet en français

Vidéo

Découvrez toute l’horreur de l’industrie de la fourrure !

Une vidéo longue version est téléchargeable sur le site de CAFT dédié à la fourrure de lapins

Les lapins en France pour l’industrie du luxe

La filière très fermée des lapins peut enfin être révélée au public. Les enquêteurs ont pu visiter l’un des élevages en France où sont élevés ces lapins, ainsi qu’un abattoir.

Les lapins vivent dans des cages grillagées, comme dans les autres élevages qui ont été visités durant cette enquête.

Les lapereaux sont très vite séparés de leur mère, qui est en gestation quasi-permanente.

Les lapins y restent environ 20 semaines, avant de partir à l’abattoir, qui abat également des lapins provenant d’autres élevages.


Visite guidée d’un abattoir de lapins

Après des heures de transport pour que le camion fasse la tournée des élevages, les lapins arrivent à l’abattoir.

Ils sont alors déchargés et mis à proximité de la chaîne d’abattage.

Les lapins reçoivent une décharge électrique censée les étourdir, mais beaucoup sont encore conscients pendant la saignée qui va suivre.

Commence alors le dépeçage des animaux : coupe des oreilles, retrait de la fourrure...

Après avoir été privés de liberté toute leur vie, dans des cages étroites et entièrement grillagées, ils finissent sur des cols de veste et dans les assiettes.

Enquête détaillée

Visitez le site de CAFT dédié à la fourrure de lapins : http://www.rabbitfur.org

Agir autour de vous

- Diffusez autour de vous cette enquête : beaucoup de personnes ne connaissent pas la face cachée de l’élevage des lapins et de l’industrie de la fourrure.
- N’achetez que dans les magasins de prêt-à-porter qui ont pris la décision de ne plus vendre aucune fourrure. Voir la liste complète. Cette démarche est essentielle pour bloquer ce marché, que tente de conquérir l’industrie de la fourrure.


Dans la même rubrique :

- Élevage des animaux à fourrure
- Finlande - Récolte sanglante : le vrai prix de la fourrure
- Astrakan
- Fourrure en Chine
- Fourrure de lapin - Les vraies victimes de la mode...
- Souffrance dans les élevages Norvège
- Projet d’élevage à Wervik en Belgique
- L’élevage de visons à Emagny dans le Doubs sur la sellette


Recevez notre actualité par mail



Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !


Facebook

Google+

Twitter

Youtube

Agenda de Fourrure Torture

- Journée Sans Fourrure
14 janvier 2017 - France