Astrakan : souffrance cachée des agneaux

Comme si utiliser la peau et la fourrure d’animaux adultes capturés, torturés, électrocutés ou dépecés vifs n’était pas suffisamment sordide, des stylistes sans cœur élèvent le niveau de cruauté dans la mode.

L’astrakan, connu sous d’autres appellations telles que broadtail ou breitschwanz, et qui envahit les podiums de mode à Paris et Milan, n’est autre que de la fourrure de nouveaux-nés et même de fœtus d’agneaux karakul.

Le massacre dans toute son horreur

Les moutons karakul sont élevés par milliers en Asie centrale pour alimenter l’industrie de la fourrure.

L’association HSUS a pu mener une enquête dans une ferme en Ouzbékistan, région productrice de fourrure d’agneaux karakul. Les conclusions de cette enquête sont édifiantes. Parmi les secrets monstrueux de l’industrie de la fourrure, les pratiques utilisées pour produire de la fourrure d’astrakan comptent parmi les plus noires et les plus cruelles.

Pour fournir ces fourrures fœtales, les brebis gestantes sont massacrées dans les 15 derniers jours avant la mise bas, par des techniques totalement inhumaines. Alors que la brebis est attachée au plancher de l’abattoir, les employés lui tranchent la gorge et lui tordent la tête jusqu’à la détacher du reste du corps, tout ceci sans étourdissement préalable. Ils laissent ensuite le petit s’asphyxier dans l’utérus, puis ils éventrent la mère pour retirer le fœtus à la fourrure tant convoitée. Les agneaux qui ont le temps de venir au monde sont présentés comme des « échantillons » de couleur de fourrure avant d’être envoyés à la mort. Après le retrait de leur fourrure, les petites carcasses sont jetées aux ordures. De toutes les manières, une brebis gestante est massacrée une fois qu’elle a produit entre trois et cinq agneaux.

Au total, 4 à 5 millions d’agneaux sont ainsi massacrés chaque année pour l’industrie de la fourrure, sans compter les brebis gestantes sacrifiées.

Justifier l’injustifiable

Pour justifier cet odieux commerce, les producteurs racontent que la fourrure d’astrakan provient d’agneaux morts-nés ou nés prématurément, par accident. Ils écartent, bien évidemment, les accusations selon lesquelles ils prélèvent les fœtus pour la fourrure. Les conclusions de l’enquête de HSUS ont montré que les producteurs cachent la vérité.

Quand on sait qu’un ensemble en fœtus de karakul coûte plus du double d’un autre manteau en karakul, on comprend que l’argent est le moteur de tous ces crimes abominables.

Ainsi, l’élevage du mouton karakul pour sa fourrure continue en Afghanistan, au Turkménistan, au Kazakhstan et dans toute l’Asie centrale.

Mais les adeptes de la "mode avec du cœur" trouvent honteux de porter sur soi autant de souffrances et n’achètent pas ces produits. D’ailleurs, Madonna n’a plus jamais été vue dans son manteau en astrakan, après avoir été réprimandée par la styliste Stella McCartney pour avoir « porté un fœtus ».

La cruauté infligée à des animaux sans défense pour leur fourrure atteint des sommets inégalables. Les producteurs, tortionnaires directs, sont les principaux responsables, mais les pays demandeurs, comme la France, l’Allemagne et l’Amérique du Nord, le sont également.

Comment agir ?

C’est pourquoi il est impératif d’agir pour abolir ces souffrances inqualifiables.

Pour lutter contre toutes ces horreurs, le plus simple est de ne pas acheter de fourrure de karakul, ni même de fourrure en général, car il ne faut pas oublier que d’autres animaux souffrent le martyr à cause de cette industrie macabre.

Prévenez également votre entourage, famille, amis, collègues, que la fourrure d’agneaux est obtenue par la torture et le massacre de brebis gestantes et de nouveaux-nés.

Demandez à vos commerçants de ne pas accepter de fourrure dans leurs magasins et à ceux qui en vendent de la retirer de leurs rayons.

Expliquez-leur la manière dont cette fourrure est produite.

Si vous lisez un article ou si vous voyez une publicité concernant l’astrakan dans un journal ou un magazine, écrivez aux responsables de la rédaction pour leur expliquer la provenance de cette fourrure. Vous pouvez leur indiquer ce site afin qu’ils obtiennent davantage d’informations.


Dans la même rubrique :

- Élevage des animaux à fourrure
- Fourrure de lapins en Europe
- Finlande - Récolte sanglante : le vrai prix de la fourrure
- Fourrure en Chine
- Fourrure de lapin - Les vraies victimes de la mode...
- Souffrance dans les élevages Norvège
- Projet d’élevage à Wervik en Belgique
- L’élevage de visons à Emagny dans le Doubs sur la sellette


Recevez notre actualité par mail



Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !


Facebook

Google+

Twitter

Youtube