Les coulisses des défilés de mode

Afin de donner bonne conscience aux acheteurs de vêtements et accessoires en fourrure, les professionnels du secteur, et notamment en Europe, clament que les animaux vivent dans des conditions répondant aux normes les plus strictes. Ce discours est repris en choeur par les couturiers et sociétés utilisant de la fourrure. Qu’en est-il vraiment ?

Finlande, les enquêtes se suivent et se ressemblent

A l’occasion de la Fashion Week de 2010 à Paris, l’association Fourrure Torture a présenté, en collaboration avec Animal Defenders International "Le vrai prix de la fourrure", une enquête édifiante menée dans les élevages de renards en Finlande. Moins d’un an après, l’organisation pour les droits des animaux Oikeutta eläimille (Justice pour les animaux), dévoile une série d’investigations menées dans 83 fermes d’élevage d’animaux à fourrure en Finlande, soit 10% du total des élevages d’animaux à fourrure finaldais. Ces enquêtes ont notamment été réalisées dans des élevages appartenant à des responsables de la principale association d’éleveurs d’animaux à fourrure finlandais entre le printemps et l’hiver 2010. Les images montrent des renards avec des membres manquants, de terribles entailles, des infections des yeux, des blessures, des infections des gencives ; des petits mangeant la tête de leurs frères et soeurs, des comportements stéréotypiques, du cannibalisme, des animaux boitant, des cadavres dévorés par les vers dans les cages des animaux encore vivants ; la liste est longue...

Les blessures sont très choquantes. Mais la pire souffrance est difficile à voir. Ces animaux sauvages sont détenus dans des cages minuscules durant leur courte vie, qui les empêchent d’avoir un comportement naturel. Ces conditions causent un stress et des souffrances psychologiques pour les animaux. Les inspections officielles des services vétérinaires ne changent rien au problème.

Le Danemark : un exemple pour l’élevage des animaux à fourrure ?

Le Danemark est le principal éleveur de visons au monde, et avec le Canada, un des principaux pays au monde à mener un intense lobbying pour développer l’industrie de la fourrure.

L’association danoise Anima a mené une investigation dans 26 fermes de visons et une de renards. Il en ressort une cruauté terrible. Plus de 400 animaux blessés ont ainsi été filmés.

L’enquête inclut notamment l’élevage de Knud Vest, à la tête de l’European Fur Breeders’ Association EFBA, un des principaux organisme de lobbying de la fourrure. Des exemples de ce qui a pu être vu : des visons blessés avec des plaies dues aux morsures, un vison infesté d’asticots et des animaux avec les yeux infectés.

La Fashion Week de Norvège sans fourrure !

Le lundi 14 février 2011, commençait la Fashion Week d’Oslo en Norvège, avec une particularité de taille pour la première fois au monde : les défilés se faisaient sans fourrure ! Fourrure Torture encourage cette démarche exemplaire, déclenchée à l’initiative de la campagne norvégienne Mote mot pels

La souffrance animale toujours au rendez-vous pour la Fashion Week parisienne

Les investigations révèlent que la souffrance, les blessures et les comportements stéréotypiques sont indissociables de l’industrie de la fourrure et une conséquence directe de l’enfermement en cage.

Des couturiers continuent d’utiliser de la fourrure dans leurs collections, malgré les nombreuses investigations menées à travers le monde, notamment, Jean-Paul Gaultier, qui a présenté cette année en bonus, des cabas à provision en fourrure !

Face à l’intense lobbying de l’industrie de la fourrure et l’indifférence de couturiers malgré la réalité des enquêtes plus choquantes les unes que les autres, Fourrure Torture demande aux responsables de la Fashion Week française d’avoir le courage et la démarche éthique de ne plus accepter la fourrure pour les prochaines éditions !



Recevez notre actualité par mail



Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !


Facebook

Google+

Twitter

Youtube